L’école n’est pas obligatoire, l’instruction si !

Nous vous présentons le site  http://ecole-en-pyjama.net/, ou comment développer l’école à la maison ? Veronik, son webmestre a bien voulu répondre à nos questions.

Bonjour Veronik,

Comment votre site a-t-il vu le jour et pour quelle raison ?

C’est un site généraliste sur l’école à la maison en France et aussi le nom du réseau Haute-Loire de homeschooling.

Depuis quand le site est-il ouvert ?

Depuis 2005

A qui s’adresse votre site en priorité ?

Aux familles pratiquant l’école à la maison ou s’y intéressant.

Pourriez-vous nous décrire rapidement le contenu du site et son fonctionnement ?

Vous y trouverez les démarches pour faire l’instruction en famille, la loi, différents moyens pédagogiques, un forum, des témoignages, des réflexions sur l’instruction et l’éducation en général.

Etes-vous à l’origine de toutes les ressources ?

Pour la plupart, mais je fais une veille informatique sur le sujet et propose d’autres sources et textes se rapportant sur le sujet.

Doit-on s’inscrire pour utiliser le site + technologie utilisée (spip, wordpress, html…) ?

C’est un spip. On ne s’inscrit pas, mais on peut réagir à chaque fin d’article.

Combien de personnes travaillent sur votre site ?

Moi seule.

Quel est le statut du site : entreprise, association, site perso… ?

C’est le site du réseau Haut-Loire

Avez-vous d’autres activités professionnelles ou associatives parallèles à vos fonctions de webmaster du site ?

Je suis mère au foyer pratiquant l’école à la maison à 5 de mes enfants et responsable du réseau Haute-Loire d’école à la maison. Je suis aussi relai de l’association “les enfants d’abord” (leda)

Quels sont les contenus que vous avez développés ?

Réflexions sur l’instruction et l’éducation.

Aide aux parents homeschoolers.

Quelles sont les nouveautés que vous comptez développer sur le site d’ici les prochains mois ?

Je compte refondre le site avec une nouvelle version de spip plus élaborée, re-trier les 400 articles disponibles, changer le graphisme.

Comment faites-vous la promotion du site : bannières, liens promotionnels, twitter, réseau sociaux (donnez-nous les adresses)?

Il y a un forum adjacent : http://vivre-autrement.1fr1.net/

Une page facebook : http://www.facebook.com/update_security_info.php?wizard=1#!/group.php?gid=10131771454

Quel est le modèle économique du site et avez-vous des partenaires ?

Aucun

Avec quels prestataires travaillez-vous (hébergement, développement du site, mises à jour des contenus…) ?

http://artisandelatoile.com/

Recherchez-vous une collaboration avec d’autres sites ou des éditeurs ?

Oui, pourquoi pas.

Combien passez-vous de temps par jour sur le site ?

1/4 d’heure

Quelles sont vos motivations ?

Banaliser l’instruction en famille en France. Qu’elle devienne un choix normal comme de mettre son enfant en école privé. Que se développe comme aux Etats Unis des aides et de grands réseaux qui nous facilitent la vie.

Votre avis sur le phénomène ?

Au départ la non-sco était de sauver mes enfants d’un système , maintenant c’est devenu un second souffle….

Maintenant, pour nous, le mot “apprendre” n’est plus un temps donné, mais c’est pour tous et tout le temps…grands, petits, la vie est un long apprentissage…j’apprend à 38 ans avec plaisir la géographie que j’excécrai étant petite….mes enfants apprennent à bricoler, nager, écrire, utiliser internet……,

Ils apprennent la vie comme ils vont la vivre ensuite…dans une continuité naturelle.

Alors que de plus en plus, l’école nous éloigne de la réalité.

Ma fille de 14 ans est au collège. Elle passe 7h de sa journée à apprendre de l’abstrait le plus souvent. Et ce qui importe vraiment elle aurait pu l’acquérir en quelques heures lors d’une discussion, d’une recherche, d’un film, d’un documentaire….

Elle a passé plusieurs heures à apprendre toutes les sortes de subordonnées existantes en début d’année (poser lui la question après 2 mois, elle ne s’en souvient déjà plus !)

A quoi sert de connaître ” les subordonnées” ?
J’ai posé la question a plusieurs personnes.
A une ancienne prof de français qui m’a dit : “A cet âge, à rien ! en se dirigeant plus tard vers un bac littéraire, pourquoi pas ! ”
Un autre me dit : ” La grammaire sert lorsque nous voulons apprendre certaine autres langues comme l’allemand, l’espéranto, pour avoir une correspondance entre les deux.”
Un autre me dit : A rien sauf pour celles qui veulent devenir prof de français à leur tour et faire souffrir encore et encore d’autres enfants.

Je pense personnellement comme ces trois personnes.
Apprenons à nos enfants quelques rudiments grammaticaux nécessaire pour la structure de la phrase et puis basta, s’ils veulent faire des études littéraires, ils approfondiront ce domaine.

Donc, la non sco, doit progressivement éveiller l’enfant à ce qu’il est profondément sans essayer de leur en fourrer plein la tête, mais en essayant, tout en ayant une bonne culture générale de libérer leurs dons propres.

Ensuite ils sauront ce qui les intéressent et pourquoi pas, quelles études ils ont besoins pour leurs projets.

Je pense aussi et j’essaie de le faire pour mes propres enfants , de leur trouver des stages pour qu’ils voient ce qu’est un métier, les contraintes, ce qu’il faut acquérir.
Qu’il aient des expériences réelles du monde du travail.
Non pas un petit stage de 3 jours comme en 3 ème. Mais des stages qu’ils peuvent commencer vers 11/12 ans de 3/4 jours en augmentant le temps et l’éloignement s’il faut en grandissant.

Par exemple, j’ai trouvé pour Yann qui a 11 ans un stage dans un magasin de vélo moto, le but étant qu’il apprennent à faire de petites réparations tout en voyant comment fonctionne un magasin de cette sorte.

Je vais demander au patron de me faire un petit rapport non pas en notant Yann, mais en me disant ce qu’il a acquis pendant ce stage.

Et j’espère qu’il en fera d’autres, ailleurs, et Yann accumulera des savoirs faire qu’il approfondira ou non, selon ses intérêts.

Merci d’avoir répondu à nos questions

L’avis de la rédaction du blog de ladictee.fr

A travers l’exemple de ce site très complet sur le sujet, nous avons choisi de vous parler du développement de l’éducation à domicile. Avec l’arrivée d’internet et de la multiplication des outils pédagogiques multimédia de plus en plus de parents s’engagent dans la formation de leurs têtes blondes à la maison. Le phénomène est déjà très répandu aux Etats-Unis et au Canada car il touche près de 5% des enfants . En France, cette pratique est très réglementée et contrôlée. Toutefois, ces non’sco en France  ne représente que 1% des enfants à scolariser. Il reste donc assez marginal mais progresse d’après les derniers chiffres.

Nous avons sélectionné ce site http://ecole-en-pyjama.net/ car il est très clair et aborde tous les sujets de l’école à la maison.

Un reportage pour illustrer nos propos

Vous pouvez retrouver d’autres vidéos sur le même thème sur la chaîne youtube du site http://ecolealamaisonmontreal.com/

D’autres sites qui traitent du même thème:

http://www.lesenfantsdabord.org/: Portail sur le thème de la liberté d’instruction

Les livres

De nos jours, l’école est un passage obligé, que nul n’ose remettre en question, passage auquel doivent se soumettre parents et enfants. Ne pas inscrire son enfant à l’école est le tabou par excellence. Transgresser ce tabou et oser défier cette institution est inconcevable pour la plupart des gens. Les clichés incriminant ceux qui se substituent à cette règle sont nombreux, avancés sciemment, ou par ignorance de ce que représente une vie sans école. Pourtant, l’école à la maison est un choix éclairé et réfléchi, qui bouscule profondément les croyances les plus ancrées sur l’apprentissage, et sur les enfants en général. Si vous croyez notamment que : l’école est obligatoire, sans école, les enfants n’apprennent rien, sans école, les enfants ne sont pas sociables, tout le monde ne peut pas le faire, les familles qui ne scolarisent pas sont embrigadées dans des sectes. Alors ce livre est fait pour vous. Ne vous laissez pas désinformer plus longtemps !

___________________________________________________

Au moment de l’entrée à la maternelle, à l’école élémentaire, au collège ou lorsqu’un enfant ou un ado s’ennuie, ou décroche, de plus en plus de parents choisissent une école dite “alternative”. Une école à l’écoute du rythme de l’enfant, qui respecte ses stades de développement, fait la part belle à ses initiatives et cultive son désir d’apprendre. Mais quelle école choisir ? Montessori, Freinet, Steiner et les autres… que proposent réellement ces écoles, sur le terrain ? Une présentation détaillée des différentes pédagogies à travers de nombreux reportages de terrain pendant les heures de classe. Les résultats de ces écoles et l’adaptation des anciens élèves qui ont rejoint le système “classique”. Comment appliquer le meilleur de ces pédagogies à la maison ? En fin d’ouvrage, des cartes par niveau et toutes les adresses de ces écoles, partout en France.

Si vous aussi, vous souhaitez nous faire connaître votre site, contactez-nous à l’adresse redaction@ladictee.fr – Si vous souhaitez écrire un article sur le blog – cliquez sur “devenez rédacteur” tout en haut à droite du blog et suivez la procédure décrite dans la vidéo. N’hésitez pas à commenter ce billet ou à cliquer sur “j’aime” (bouton facebook).

Vous pouvez laisser un commentaire.

Laissez un commentaire

Du bon usage des commentaires et des discussions sur le Blog de ladictee.fr :

- Vous n'avez pas besoin d'être inscrit pour commenter, mais l'anonymat n'est pas incompatible avec la courtoisie et le respect de chacun.

- Les messages injurieux, agressifs, inutilement grossiers, les critiques gratuites et non argumentées et les attaques personnelles seront supprimés sans préavis et leurs auteurs bloqués.

- Le langage texto est banni. Faites un effort de rédaction, ça ne coûte pas plus cher.

- Bien sûr, tout commentaire publicitaire ou spam sera sauvagement piétiné et son auteur tricard jusqu'à la quinzième génération.

Powered by WordPress | T-Mobile Phones for Sale at BestInCellPhones.com | Thanks to Free Phones at iCellPhoneDeals.com, Free MMORPG Games and Fat burning furnace review